>
Je me réveille – Mosai et Vincent
Musique | Mise à disposition

PÉRIODE résidence

du 01|04|16 au 05|04|16

espace de résidence

Le Grand Studio

LIENS

Page du projet sur le site web de L'Armada Productions

objet de la residence

Cette résidence a lieu dans le cadre d’un partenariat avec Le Sax pour le festival Les Pépites Sonores dédiées aux musiques actuelles jeune public. C’est une proposition du Sax d’accueillir la création d’un concert dédié aux plus jeunes (0-3 ans), Mosai et Vincent testeront donc leur dispositif scénique et les chansons réalisées, à cette étape de création, à l’occasion d’une ouverture de résidence à un public dédié.

Pourquoi un concert de chansons pour tout-petits ?

Parce qu’après trois spectacles pour les enfants de 6 ans et plus, qui ont permis à Mosai et Vincent d’affirmer auprès du public leur univers spontané et interactif, ils ont aujourd’hui l’envie de proposer une forme dédiée aux plus petits particulièrement réceptifs à ces modes de transmission.

Ce concert est l’occasion pour les deux artistes de transmettre, aux parents et aux enfants, leur regard sur le monde, leur expérience du corps. Le public sera amené à découvrir, entendre, ressentir, s’éveiller et se nourrir à travers la musique, les sonorités et les mouvements. Le corps sera la source d’inspiration et le support de la composition musicale.

A la naissance, le corps se déplie. Le corps se lève. Il tombe. Il se redresse. Il marche. Il se cogne. Il court. Enfin, le corps chante et danse.

Démarche

Créer un concert pour le tout jeune public, c’est une nouvelle approche. Une autre manière de dire. Une autre perception. Une autre écoute et une autre appréhension du public. L’écriture d’une partition musicale et corporelle permettra de créer une forme de langage, le langage du souffle, du corps, de la mélodie, des mots et de la voix.

La musique sera au départ acoustique (percussions corporelles et souffle). Puis vient la voix. Le chuchotement. Les autres sons (celui du plateau et des percussions comme la fontaine d’eau ou le cajon). Le ukulélé. Le chant à deux voix. L’envie est de partager le son des mots autant que leurs sens avec les enfants et les accompagnants. Les faire résonner. «Je me réveille. Je m’abeille. Je me groseille. Je me soleil». La musique sera pop, douce, rythmée et mélodique pour arriver petit à petit à des samples électro.

Scénographie

Le dispositif scénique sera adaptable et facilement montable. L’idée est de construire un dôme ou un tipi pour recréer un cocon à l’intérieur duquel le public pourra s’installer sur un lit de coussins. Dans une pénombre agréable la lumière évoluera au fil de la partition. La scène cir- culaire et centrale sera légèrement surélevée (caisse de résonance, jeux de lumières) elle permettra la libre circulation du public autour de cette dernière.

Mise en scène

Un travail sur le corps, sur le déploiement, la détente, la découverte de son propre corps, le rapport au corps de l’autre, les gestes de l’enfance, les gestes de l’adulte, la poésie musicale du corps permettra d’écrire une partition et de travailler les différents rythmes.

Projet en partenariat avec Le Sax d’Achères et L’Armada Production.

BIOGRAPHIE

Mosai

Musicien professionnel depuis 1998, Cédric Guyomard a pris part à de multiples formations musicales : Lé Maôdi, Fannytas- tic, Mosai ou encore Lugo et Wild Billy Boy Mosai. Grâce à ces expériences, il a pu se distinguer sur des scènes comme La Ma- roquinerie, La Cigale, L’Élysée Montmartre, le Festival Artrock, le Festival de La Cité à Lausanne ou encore le Festival Mythos.

Vincent

Vincent Perrigault a débuté son parcours de musicien au sein du groupe Lé Maôdi en 1995, au sein duquel il fit la première partie de M, Mickey 3D ou même Tryo. Batteur et choriste, il participe au sein duquel il fit la première partie de M, Mickey 3D ou même Tryo. Batteur et choriste, il participe au projet d’enregistrement d’album Mosai de Cédric Guyomard en 2003. Il est aussi à l’origine de la formation du groupe Lugo.

>
photos
Mosai et Vincent, crédit : D.R.
Mosai et Vincent, crédit : D.R.