>
Virgile Abela – Pendule Acoustique
Arts Sonores & Nouvelles Ecritures | Appels à Projet

PÉRIODE résidence

du 11|06|19 au 28|06|19

espace de résidence

les ateliers

LIENS

Site de l'artiste

objet de la residence

Virgile Abela présentera le projet Pendule Acoustique, une installation sonore et visuelle mettant en corrélation l’acoustique et la gravité de manière générative. En collaboration avec l’ ingénieur de recherche Patrick Sanchez, le mécanicien Etienne Gourc et le programmeur Julien Bayle, ils conçoivent un pendule capable de générer, entretenir puis altérer son propre mouvement, tout en sonifiant ses oscillations par la modulation d’un feedback entre un micro et le Pendule lui-même. Cette installation s’inscrit dans une convergence artistique et scientifique, où le sonore dessine les  paysages poétiques d’un équilibre fragile, en apesanteur.
Cette résidence fera l’objet d’une première version publique de l’installation pour un pendule. Il s’agira précisément de créer le comportement temporel des mouvements en relation avec le flux sonore, sous max/msp. L’installation sera aussi documentée en vue de développer la production du projet
 Pendule Acoustique est accompagné par le LMA – Laboratoire de mécanique et d’acoustique du CNRS de Marseille, l’ECM  – Ecole Centrale de Marseille.
Avec le soutien de Gamerz, Scène 44, Data bit me , l’atelier META 2 et l’atelier Ondes Parallèles

BIOGRAPHIE

Depuis 20 ans, Virgile Abela explore la musique et l’art sonore à travers le temps et sa matière, de manière pluridisciplinaire. Du « zapping » des années 2000 avec le groupe ROSAoù il mélange sampling et free rock, au free jazz de Dindon Sauvage avec Raymond Boni, ou bien pour le projet radiophonique Anita Dranksall de Pierre Yves Macé, ou encore avec Pakito Bolino & Le Dernier Cri pour le film Les Religions Sauvages, il travaille à une fragmentation sonore du « récit musical ». A partir de 2009, il opère une rupture basée sur un principe inverse: celui de l’étirement de la matière à travers le temps, et sa durée. Ainsi, il développe des dispositifs instrumentaux amplifiés alliant guitares, synthèse analogique etBassdroner (instrument inventé à cordes vibrantes), et explore le feedback comme paysage sonore. Avec l’artiste Québécois Jean-François Laporte, il fonde le duo Inner Island et créent plusieurs pièces longues jouant avec l’acoustique des lieux. Cette nouvelle approche l’amène à dépasser la frontalité du concert au profit d’une expérience sonore dans l’espace proposée au spectateur. Il décline cette recherche en solo, ou en duo avec Nicolas Dick, Jason Van Gulick ou David Merlo, avec qui il fonde par ailleurs le trio post rock-noise HOAXHOAX, aux cotés de Damien Ravnich, embarquant l’auditeur dans un mur de son mélodique, et une perte de repères du temps. Depuis 2017 sa recherche évolue en émancipant la musique de son rapport à la mémoire – mémoire en tant que buffer ou partition – en créant des dispositifs génératifs basés sur le flux, dont le but ultime est d’abstraire la notion de « choix de l’objet musical» – ou composition – au profit d’une « création des conditions d’existences d’un sujet sonore» – ou flux -, comme une translation du Temps au Paysage, dans l’instant. Aux côtés de Julien Bayle, il se plonge dans la programmation informatique puis développe un projet art-science avec le LMA – Laboratoire de mécanique et d’acoustique du CNRS – l’installation Pendule Acoustique. De la sorte, il renoue avec une pratique plastique issue de ses études à l’école des Beaux-arts, où la question du temps musical s’émancipe de sa durée pour ne devenir qu’objet hors-temps, interagissant avec les éléments naturels qui le conditionne.
Parallèlement, il compose de nombreuses musiques pour le spectacle vivant (théâtre du Centaure, Cie Soleil Vert), crée des dispositifs sonores immersifs (Jean-Michel Bruyère – collectif LFKs -, Lieux Fictifs), et enseigne les musiques expérimentales en licences et master pour la formation Musicologie et Acoustique, à Aix-Marseille Université. Son travail solo ou collaboratif est diffusé en Europe et en Amérique du nord.