Julien Pauthier, résidence "Time is Everywhere", mai 2016, crédit : Ghislain Posscat